CELEBRITES DECIZOISES :

L'abbé Deplaye, archiprêtre de Decize.

 

            "Il a passé en faisant le bien [1]." Le 7 janvier 1895, l'abbé Henri-Paul-Marie Deplaye est mort à Decize, à l'âge de 92 ans [2].

            Né à Varzy le 11 juillet 1802, Henri Deplaye a été ordonné prêtre le 17 décembre 1825, après des études au séminaire de Nevers, et à Autun. Il commence son ministère à la cathédrale de Nevers, dont il est vicaire. En 1834, "la paroisse de Decize, en souffrance depuis longtemps, demandait un curé pieux et zélé [3]." L'abbé Deplaye reste plus de soixante ans curé de Decize. Il se montre très actif : il organise un catéchisme de persévérance ; il regroupe ses paroissiens les plus assidus dans plusieurs confréries (archiconfréries du Très Saint Sacrement, du Sacré-Coeur, du Rosaire et du Tiers-Ordre de Saint-François).

            Dans la nuit du 27 au 28 février 1842, l'église Saint-Aré est gravement endommagée par l'éboulement d'un mur du château. Plusieurs chapelles latérales et une partie de la nef sont écrasées, la chaire et une partie du mobilier ont été détruits, le toit est en partie crevé. L'église est fermée au culte pendant plusieurs mois. L'abbé Deplaye n'a de cesse de faire reconstruire son église. La réparation dure cinq ans : elle est financée en grande partie par la commune. Le curé, qui avait établi avec son conseil de fabrique des plans assez ambitieux, doit se plier aux décisions de la municipalité ; les chapelles qu'il voulait faire rebâtir le long du bas-côté droit sont abandonnées. Les jardins privés et le cimetière, qui entouraient auparavant l'église, sont transformés en promenade et en place publique.

            L'abbé Deplaye se joint au maire François Tresvaux de Berteux pour faire évacuer les vieux bâtiments médiévaux de l'hôpital Saint-Jacques, insalubres et insuffisants ; le nouvel hôpital s'installe dans le logis de l'ancien château. L'abbé Deplaye ne reconstruit pas que des bâtiments. Son rôle est essentiel dans l'établissement à Decize de deux écoles privées religieuses : l'école de garçons installée aux Minimes et dirigée par les Frères Maristes (une souscription permet d'acquérir les locaux), et l'école de jeunes filles, confiée aux Soeurs de la Charité de Nevers.

            Les municipalités Virlogeux et Pautté sont farouchement anticléricales. Aussi les sujets de discorde ne manquent pas avec l'archiprêtre. L'abbé Deplaye interdit son église aux conseillers et gardes champêtres, puisqu'on lui a interdit les processions religieuses dans les rues de Decize et que les croix de carrefour ont été arrachées. Les conséquences de cette guérilla sont des dégradations irréparables infligées à l'église Saint-Aré, qui ne sont pas à l'honneur des deux parties adverses.

            Les querelles entre la paroisse et la mairie se sont prolongées encore quelques années, après la disparition du curé Deplaye. En août 1897, dans une longue lettre adressée à la municipalité, le curé Lemoine énumère des griefs aussi mesquins que celui-ci : la sonnerie municipale du 14 juillet dure aussi longtemps que celles de Pâques et de Noël. Le curé a fait effacer, sans autorisation, la devise républicaine.

            Toutefois le curé et le maire arrivent aussi à dépasser leur rivalité pour rendre hommage à Henri Deplaye. Le 31 mai 1896, lorsque l'abbé Lemoine organise une souscription pour ériger une plaque en hommage à son prédécesseur, la municipalité verse 25 francs [4]. Dans son testament, l'abbé Deplaye a légué à la fabrique de la paroisse une maison et ses dépendances, sises dans la rue Carnot, en échange d'une rente de 400 francs versée à ses deux neveux et à sa nièce.

 

BIBLIOGRAPHIE ET NOTES :

 

- Pierre VOLUT, Decize et son canton au XIXe siècle..., Decize, 1999, 3e partie, chapitre 5.

 

[1]   Citation de Mgr Lelong, évêque de Nevers, La Semaine Religieuse et Journal de la Nièvre, 12 janvier 1895.

[2]   Texte paru dans le magazine Communauté 58-Sud, n°151, juillet-août 1995.

[3]   La Semaine Religieuse, op. cit.

[4]   Cette plaque a été placée sur le mur d'une chapelle de l'église.

 

RETOUR