IV - LE RAVELIN & L’ECHAUGUETTE

DE LA CROIX-VOISIN

 

            Au XVIe siècle, les fortifications de Decize étaient insuffisantes, et la ville a été pillée par une bande de mercenaires italiens. Pour éviter que ne se reproduisent de semblables désastres, les échevins décidèrent en 1583 de faire bâtir, en aval de la ville, deux avancées triangulaires ou ravelins. Seul le ravelin ouest a été construit entre 1593 et 1605. Il était entouré de deux portes, la Poterne de la Croix-Voisin et la Porte des Rosiers. Des fossés avaient été creusés au pied des murailles, pour en augmenter la dénivellation.

            Une élégante échauguette couronne l'angle de cet ouvrage ; jusqu'au début du XXe siècle, il était possible d'y voir les armes des Gonzague (ducs de Nevers) : un aigle et un cygne.

            Très tôt, les fossés ont été transformés en jardins privés par les habitants du quartier. Malgré plusieurs remontrances des municipalités successives, des appentis avaient été construits le long des remparts. Ceux-ci n'ont été dégagés que dans les années 1970.

 

 

 

            9 octobre 1592, extrait des Registres du Conseil du Roy. 

            "Sur la Requête des Echevins et habitans de la ville de Decize a ce que pour leur donner moyen de continuer de faire travailler aux fortiffications de laditte ville pour lesquelles ils se sont cy devant cottisés volontairement et attandu que pour les charges particulieres de l'hostel commung d'icelle ils sont contraints se cottiser presque de mois en mois, pource que les octrois a eux accordés cessent et ne recouvrent par l'occupation des villes rebelles, qui a fait que ne pouvant plus  subvenir auxdittes fortiffications, plusieurs oeuvres et plateformes commencées sont laissées et laditte ville demeure foible et sans deffenses, il plaise leur accorder de prendre ... [diverses taxes sur les produits qui passent sur la Loire ou entrent dans la ville].

 

 

RETOUR